lundi 10 juin 2019

Objets connectés et sécurité : des interrupteurs physiques aux périphériques ?

Salut à tous,

Du site Developpez.com : Les constructeurs doivent sérieusement penser à plus protéger les utilisateurs à l’avenir.  

   ¨ L’espionnage et le piratage sont devenus aujourd’hui deux réalités quotidiennes dans le monde informatique. On dirait presque qu’il ne se passe une journée sans qu’un incident de piratage, de vol de données ou d’espionnage ne soit signalé. Cela a encore pris de l’ampleur depuis l’avènement de l’IoT, où les objets de domotiques servent de terrain de jeux aux hackers. Ils exploitent les nombreuses vulnérabilités présentes dans ces outils (montres connectées, Smart TV, caméras intelligentes, etc.) pour surveiller, mettre sur écoute ou encore procéder à des vols d’informations sensibles sur les personnes.

   Les données personnelles représentent aujourd’hui une quantité importante de toutes les données stockées dans le cloud au niveau mondial et il n’est plus à enseigner que la sensibilité de ces données les rend très précieuses. Ainsi donc, assurer leur sécurité donne lieu à une tâche très difficile et, même avec l’effort qui est fourni, les pirates arrivent presque toujours à leur fin. Pour certains, les entreprises devraient commencer à collecter moins de données qu’il n'en faut et pour d’autre, il faudrait commencer à assurer la sécurité des données au premier plan c’est-à-dire, là où ces données sont créées, chez l’utilisateur ou l’internaute.

   La plupart des données personnelles sont collectées chez l’utilisateur à partir d’un ordinateur, d’un téléphone portable, d’un service ou d'un forum en ligne, d’une plateforme, d’un média social, d’une caméra connectée, d’une enceinte connectée ou d’une Smart TV qui stocke ses préférences et ses historiques, et la liste est longue. Ces multiples dispositifs sont pour la plupart livrés avec une Webcam et un micro enregistreur, des ports UBS et beaucoup d’autres utilitaires. Cependant, ces utilitaires, entre autres, sont devenus aujourd’hui des vecteurs très utilisés par les pirates pour espionner leurs victimes et déclenchent donc des questions de préoccupations très sérieuses.

    Pour de nombreuses personnes comme Larry Sanger, cofondateur de Wikipédia et directeur des systèmes d'information à Everipedia, il serait peut-être temps que les fournisseurs d’équipements (ordinateurs, Webcam, smartphone, etc.) commencent à ajouter dès la fabrication des commutateurs physiques d’activation et de désactivation aux périphériques que les pirates, le gouvernement ou toutes autres personnes peuvent utiliser pour espionner un individu donné. Selon Larry Sanger, les constructeurs doivent sérieusement penser à plus protéger les utilisateurs à l’avenir. Il faut, dit-il, commencer par apporter la sécurité aux objets qu’on utilise tous les jours. Cela permettra à un utilisateur de se couper du monde à l’instant où il le désire¨...  ( Voir l'article au complet )

 https://securite.developpez.com/actu/257002/-Les-equipementiers-devraient-ajouter-des-interrupteurs-physiques-aux-peripheriques-des-objets-connectes-pour-plus-de-securite-selon-Larry-Sanger/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Pégé 
  
 Windows 7 Familiale / Windows XP Pro / Windows 10 / Windows 7 Intégrale / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 / Mac ¨Tiger¨, version 10.4.11

jeudi 6 juin 2019

FICTION : Les bagnards du clic !

Salut à tous,

Du site Slate :La société tout entière a recours aux intelligences artificielles, mais les honnêtes citoyens ont-ils conscience que leur éducation réclame désormais une main-d'œuvre titanesque?   

¨ Condé-sur-Sarthe, 24 avril 2031 !
    La légende de Dorian Sauvet, le célèbre activiste anti-reconnaissance faciale, commence le jour de son arrestation et de son incarcération immédiate, le 24 avril 2031 –si ce n'est que les premiers concernés sont souvent les derniers prévenus quand le destin décide d'en faire des mythes.

   Comment, sur le coup, discerner une banale arrestation d'un événement fondateur? Dorian, jeune homme sage et prudent, ne s'y attendait pas et n'avait aucun plan. Sa première réaction d'ado mal dégrossi fut, bouche bée et bleuie par la peur, de ne rien comprendre à ce qui lui arrivait.

 Heure H-26 !
   À 10 heures du matin, menotté aux grilles d'une camionnette lancée à fond vers la prison, ballotté dans le silence accablant du moteur électrique et le mutisme du garde armé face à lui, Dorian oscille entre tétanie, incrédulité et descente d'organes.

   Il a été arrêté chez lui, au lever du soleil, sans explication plausible, arraché à son studio parisien puis collé dans ce fourgon.

   Triple homicide à Nice, lui a craché un gradé, avant d'enregistrer au pas de course sa déposition.

   Absurde, s'est défendu Dorian, qui vient en effet de Nice mais l'a quittée voilà trois ans pour la capitale. Et non pour devenir criminel, mais acteur. Les profs de son école de théâtre lui prédisent d'ailleurs un bel avenir: il sait tout jouer.

   Ce matin, pourtant, il peine à se donner une contenance. Serait-il possible, afin de saisir ses intentions, de parler au metteur en scène de cette tragi-comédie grotesque?

   – Te fatigue pas: quoi que tu dises, c'est plié, a coupé court le gradé en le poussant dans la fourgonnette.
  
   L'idée de prison lui est si étrangère que Dorian, d'habitude si prompt à disserter sur ses états d'âme, est incapable définir ce qui l'habite. Prison. Taule. Les portes du pénitencier. Dernier endroit au monde où ce fils d'ingénieur, honnête et droit, pensait finir.

   Peur? Rage? Dégoût? Abattement? Honte? Panique? Fin du monde? Des paquets d'émotions lui tombent dessus, trop volumineux, trop denses, trop noués pour être démêlés. Ils s'accumulent, s'entrechoquent, éclatent, se mélangent. Ils ne nourrissent pas la réflexion, ils l'empêchent. Ils l'écrasent. Dorian étouffe.

   Le temps passe, et l'hypothèse de la blague potache agonise. Dorian s'y était un temps raccroché, mais le beau blond doit maintenant l'admettre: la camionnette roule depuis deux heures, la mitraillette du garde est en vrai métal, les écussons de son uniforme ont tout d'officiels... La complexité de la mise en scène dépasse de trop celle d'une plaisanterie.

   Qu'est-ce qu'on lui reproche? Dorian fouille ses méninges sans dessus-dessous. Oui, il a toujours fumé un peu d'herbe, mais c'est légal, maintenant. Ils n'enferment quand même pas rétroactivement les fumeurs d'antan?¨...   ( Voir la suite de l'histoire )

 http://www.slate.fr/societe/si-jamais/episode-8-bagnards-clic
 
 Pégé 

Windows 7 Familiale / Windows XP Pro / Windows 10 / Windows 7 Intégrale / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 / Mac ¨Tiger¨, version 10.4.11